sénégauloisement

29 septembre 2014

En mode reportage.....

Sénégalaisement septembre avançait vers octobre, la rentrée des classes, la période dite « touristique », et la fête du mouton, cette fameuse Tabasky célébrant le sacrifice d’Abraham devenu içi «  j’ai le plus beau mouton de la maisonnée et ma tenue est plus belle que la tienne »

Mahommed doit s’en arracher les cheveux. 

Résumons la situation. En général la femme au mariage intègre la maisonnée de son mari. On a donc très souvent plusieurs ménages dans une même cour en plus des vieux parents et des jeunes non encore mariés. Lors de la Tabasky une certaine rivalité va voir le jour entre toutes ces dames a savoir qui aura le plus beau mouton. Pauvre mari qui va se voir s’endetter pour satisfaire madame s’il ne veut pas se retrouver privé de douceurs un temps certain. Ou un certain temps !! Chaque enfant aura une tenue de fête neuve, monsieur son boubou et madame sa tenue suivant la mode du moment. Plus accessoires, chaussures, sac, et bien entendu séance coiffeur avec rajouts de mèches, tissages cousus aux petites tresses et autres joyeusetés qui font que véritablement le tout mis bout a bout nourrirait une famille durant au moins 2 mois et encore je dirais 3.

C’est ainsi et c’est une culture a laquelle nul n’échappe sous ces cieux. Bien entendu cette fête est une fête de partage et il ne faudrait tout de même pas que ces considérations bien occidentales nous fassent perdre de vue son sens profond, tant et si bien qu’une fois constaté ce coté qui peut paraitre choquant a nos cultures différentes, la journée de la Tabasky sera un incessant va et vient de gigots et autres morceaux de mouton de maison en maison, chacun ayant a cœur d’offrir a son prochain un morceau de choix.

Une fois rentré de la prière du matin, le chef de famille égorgera le mouton et ceux de toute la maisonnée. Ensuite les bouchers ne cesseront d’aller de cour en cour dépecer et débiter a grand coups de machette ou de couteaux a grandes lames pendant que les femmes allumeront  les petits braseros où seront grillés les foies, premiers morceaux mangés, puis ensuite viendront les cotelettes et autres morceaux. Grillades incessantes, ce jour là on ne mangera que de la viande !!!

Plus tard dans l’après midi on boira des jus de fruits, bissap, ginger ; les femmes de marmitons enfumées deviendront princesses dans leur plus beaux atours et l’on s’assoira sous l’arbre devant la porte pour passer le temps, des fois en dansant ou chantant s’il y a un artiste dans le quartier, jusqu'à la nuit tombante.

Les enfants quant a eux feront le tour des maisons par bandes pour montrer leurs beaux habits et chacun leur donnera piécettes, bonbons, morceaux de sucre ou autres gâteries qu’ils mettront en commun dans un petit seau ; butin  qu’ils se partageront à la fin du parcours.

Il y aura ceux qui mangeront de la viande a s’en rendre malade, d’autres comme moi qui vivront cette journée beaucoup plus religieusement en pensant à Abraham et a son sacrifice et feront moultes tours de chapelets pour échapper aux excès d’une culture qui déborde du cadre même de l’Islam et en demander pardon.

Cette année je n’achèterai pas de mouton mais bien sur j’irais partager la journée avec la famille. Je ferais mon sacrifice à ma façon, Allah comprendra. La sècheresse a fait monté les prix et je prèfère faire réparer le frigo… (sinon où vont-ils mettre la viande, je vous le demande !!) Déjà Princesse Codou est venue hier chercher « son dû » pour une tenue et aller se faire tresser, l’autre essayer un emprunt (bien tenté), Papa me rappeler qu’en tant que fille de la famille et non plus une étrangère (hihi) je me dois de lui filer un coups de main a acheter sa bête ….  La fête sera dimanche prochain, tout le monde est en ébullition.

Faut comprendre qu' 650 francs CFA pour un euro, cette année un minimum de 100 euros sera nécessaire rien que pour la bestiole; et comme je disais un peu plus haut, y ajouter

moutons 076

mi octobre 038

mi octobre 040

vêtements, accessoires, coiffeur.....

La fête hein !!! le cauchemard je dirais !! cette semaine sera une semaine de course à l’argent, d’endettements, de sollicitudes , bref un enfer !!!

Photos d’années antérieures 

Posté par mam diarra à 23:13 - Commentaires [8] - Permalien [#]


12 septembre 2014

Mamzelle lola

2014-04-25 09

2014-06-26 11

2014-06-29 15

 

Mamzelle Lola est tout en pattes et en longueur, limite on la dirait maigrichonne ; pourtant elle mange son poisson quotidiennement plus quelques croquettes entre ses 3 repas.

J’aime son regard malin, la façon qu’elle a de m’envoyer sa balle pour que je joue avec elle, comme un jeune chien, et son air de tout comprendre quand je lui parle. Elle est de la race des chats de gouttière sénégalais, fille de Mini, réchappée de la benne a ordure l’an passé, et petite fille de la chatte de Papa Jadhre. D’ailleurs lorsqu’elle apparut dans la cour on se demanda bien qui de Mini ou de la vieille chatte en était la mère vu que les deux bestioles s’en occupaient autant l’une que l’autre ; il nous fallu attendre pour voir qui des deux allaitait le nouveau né.

A sa vue, tout le monde dans la maison s’exclama en chœur «  ah non, pas de troisième chat dans la maison ; quand elle sera sevrée on demandera aux talibés de l’emmener loin d’içi » …. Ainsi sont traités les chatons sous ces latitudes. Personne n’a l’argent pour  stériliser les chattes ni ne veut tuer les bébés a la naissance – interdit pas la religion – alors lorsqu’ils sont capables de se nourrir seuls on les fourre dans un sac et on va les larguer loin, très loin de la maison.

Ainsi va le Sénégal, se peuplant de chats de rues qui vivent,  pour les plus heureux dans les cours des maisons, allant de toit en toit mais étant  rarement invités a entrer et encore moins a dormir dans les salons. Les gens, surtout les femmes, suivies des enfants en ont peur. Ils ne sont pas apprivoisés et personne n’y touche pas même pour une simple caresse. De plus il est dit chez les musulmans qu’il n’est pas bon avoir trop d’amitié avec un animal et que ce dernier est admis dans l’entourage proche de l’homme uniquement quand il a une utilité…

Donc en bonne mère chat que je suis, et « mauvaise musulmane » selon certains, comme j’avais apprivoisé Mini lui faisant gagner sa place dans la maison, je sauvais ce nouveau rejeton de la rue en décrétant qu’une fois sevrée la bestiole m’accompagnerait dans mon nouvel appartement en ville. Ce qui égoïstement, me permis de passer quelques bons moments a regarder évoluer ce trio déroutant !! Codou et ses copines lui donnèrent le nom de Lola et Lola se retrouva ainsi chatte de compagnie a fonction de petit chien…

Il aurait été préférable que je prenne un chien, qui m’eusse été plus utile parait-il ;  mais moi j’y vois une grande utilité a ma féline. Pas une souris ne fréquente ma maison et chaque matin quelle présence lorsque je lui ouvre la porte !! –elle dort dans la cuisine- c’est un régal que de se dire bonjour mutuellement, elle ronronnant et se frottant a mes jambes et moi la caressant et lui parlant avant d’aller vite lui donner sa ration de poisson ; rituel incontournable si je ne veux pas qu’elle aille se venger en me bousillant une plante !!

Voyez comme elle est longue la minette ; tout en pattes, je vous l’avais dit !!

 

Posté par mam diarra à 23:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]

05 septembre 2014

Les faiseurs de miracles

Paradoxe africain ; Içi tout s’abîme très vite, du fait du climat en partie mais surtout de ce fatalisme de vivre au jour le jour qui fait qu’il n’est pas culturel de prendre soin des choses.

Mais personne ne possède comme les africains cet art, cette habilité et encore moins cette ingéniosité pour bidouiller, transformer,  réparer, redonner vie, bref faire d’un objet que nous autres, en occident, consommateurs a grande échelle,  nous jeterions sans un regard.

2014-07-14 19

 

2014-08-22 20

 

senegal 012 tel 429

 

Cela démarre très jeune ; j’en arrive a penser que c’est inné quand je vois les petits faire voguer des mini pirogues fabriquées avec des cannettes de boisson sur les rives du petit bras du fleuve a Get N’dar, quartier des pêcheurs.

Ils sont tous « faiseurs de miracles «  comme j’ai l’habitude de dire ; e Que ce soient frigoriste, cordonnier, menuisier, ferblantier et autres artisans, ils ne cesseront jamais de m’en émerveiller.

Mon ébahissement commença le jour où à la maison a Sor le frigo top déjà bien malade décida de rendre l’âme et où préconisant d’en acheter un neuf mais pestant contre le manque de xalis (argent) max mon frérot me dit « T’inquiètes pas Mâme, on va appeler mon ami Coulibaly le frigoriste ; il est très bon « . Le dit Couli arriva, balançant nonchalamment une toute petite sacoche noire de vieux cuir, qu’il ouvrit sur 3 pauvres outils, ausculta la bête silencieusement pendant un bon quart d’heure et donna son verdict. «  Il faut changer le bloc là et recharger ensuite en gaz «  . Quelques petits billets en poche et « le transport » payé ils partirent Max et lui, revinrent en fin de matinée de leur virée chez les ferrailleurs et deux heures après le frigo ronronnait de contentement et l’eau redevint fraîche !!!

Inutile de dire que depuis, Couli est devenu mon frigoriste préféré et que plus jamais je ne désespère quand le frigo tombe en panne !!

Ci-joint une photo de ce jour là, une de mon ami le cordonnier de mon quartier et des « ferblantiers » faiseurs de tamis entre autres..

Posté par mam diarra à 11:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]

31 août 2014

a Saint Louis le dimanche la ville est vide

Comme partout ailleurs. journée de famille, de repos pour ceux qui travaillent la semaine, de campements, piscines, invitations et baignades pour les expatriés.

Ah les expatriés; bien a part et vivant entre - j'allais mettre "soie" - 

Ayant connu cette société et vécu entre "blancs" lorsque j'étais jeune du temps de mes parents en Côte d'Ivoire et Cameroun, j'avoue que j'y suis plus que frileuse et que je n'ai rien fait içi pour m'intégrer a un de ces groupes.  Donc le dimanche pas d'invit, la solitude calme de mon appart ou d'une piscine partie " à ma mode", c'est a dire aller seule dans le coin d'une piscine d'un charmant hotel de l'hydrobase/matelas sous un cocotier/pizza/ eau fraiche et quelques brasses.

Saluer tout le monde; être aimable et souriante, sans trop me mélanger me va bien. Je fréquente l'Institut Français avec plaisir, m'y délecte de films que je n'aurais même pas l'opportunité de voir en France, discute volontiers avec untel ou unetelle mais comme aurait dit ma grand mère bien vendéenne "chacun chez soi et les vaches bien gardées" !!

Bien sur il y a quand même quelques affinités qui se créent et des personnes que l'on a plaisir a fréquenter comme cette peintre du Bourbonnais qui partage a coups de 3 mois son temps entre la France et notre petit paradis saint louisien avec qui j'ai beaucoup de plaisir a faire de longues ballades a pied le long du fleuve et qui d'ailleurs va bientôt vous quitter pour sa période France .

Ou bien mon voisin au caractère si particulier mais si attachant et si érudit qui parle de vendre sa galerie/librairie et de nous quitter, bouhhhh, enfer et damnation il me manquera l'incontournable !!!

Les gens vont et viennent....

En octobre je verrais revenir pour trois mois mon amie Annette depuis notre La Rochelle et qui va partager l'appartment avec moi.

Mais les expatriés, cosmos a part, restent étonnamment entre eux, comme au bon vieux temps de ma maman. Qu'ils me pardonnent si je ne me sens pas de ce monde !!!

occidentaux et bien occidentaux ils sont et restent. Où qu'ils soient au monde ils vivent et gardent leur culture originelle avec en plus comme tout bon expatrié une nostalgie exacerbée pour la mère patrie qui les font devenir plus gaulois que les gaulois !! Jamais je ne sens dans leur propos un oubli total de leur propre condition. Pas spécialement colonialistes ni racistes, loin de là même, mais quelque part parfois on pourrait se poser la question..

Aucune animosité ni critique dans mes propos. de simples constatations et peut être une explication a ma solitaire attitude qui ne me déplait pas, loin de là.

Sauf les dimanches que je trouve déprimants parfois !!! 

Toujours , oh la faux cul !!!

Je n'aime pas les dimanches; je n'ai jamais aimé ce jour là. mauvais souvenirs de solitude d'enfance qui m'ont poursuivi toute ma vie et dont j'ai parfois du mal a me débarasser.

Photos prises depuis le balcon dans la semaine. au fond, je vois même un petit bout du grand bras du fleuve puisque Saint Louis centre ville est une île nichée entre ses 2 bras

2014-08-30 09

2014-08-30 09

 

 

 

Posté par mam diarra à 15:12 - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 août 2014

la journée commence par un Bisimillah

Ou un Alhamdoulillah.

Les news du monde parviennent via RFI, pas specialement brillantes, chacun ayant sa dose; donc impératif de dire merci quand on a un toit, de quoi manger, que l'on ne craint pas de se faire tuer si on descend dans la rue et que l'on est en relative bonne santé - santé qui toute relativité établie peut se taxée d'excellente -

Donc Bisimillah

Les oiseaux ont leur dose de mil sur le rebord du balcon; hier soir j'ai changé l'eau de leur mini baignoire, et miss Lola s'est empiffrée de poisson et de riz comme chaque matin; interessant un chat qui mange du riz !!

la rue Blaise Diagne se réveille. Vieux balaie le trottoir de l'Agneau Carnivore, l'antiquaire d'a coté ouvre sa boutique; j'entends le bruit de la pièce au fond de la cybille des talibés . le joyeux brouhaha s'installe. les mamas vendeuses de petit déjeuner sont elles déja en place a coté du boulanger et le café touba est bien chaud.

la journée peut commencer

2014-03-02 13

Posté par mam diarra à 10:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 août 2014

heure universelle !!!!!????

en voila une drôle de dénomination pour un fuseau horaire !!!

cadeau de RFI 

Nous vivons avec 2heures de différence. Alors que vous êtes en pleine sieste, içi il n'est même pas encore l'heure du déjeuner. voir un petit déjeuner tardif, ce dont je me régale, pain/beurre dans café au lait !! ah que c'est délicieux a mon palais élevé aux gouts de la campagne vendéenne.

13h12 sénégauloises. Robin William ne nous rejouira plus de ses talents d'acteur. Il est décédé; se serait trucidé... trop de luttes internes, dépressions; au moins j'aime a croire que maintenant il n'en souffre plus, et je regrette qu'il n'ai pas eu en lui cette foi qui aide a lutter contre ses vieux démons et fait maintenir la tête hors de l'eau.

Lola, le chat - qui est une demoiselle - bien sénégalaise pourtant- n'en  peut déja plus de ce climat d'hivernage que nous allons avoir jusqu'a fin septembre.

Et pourtant cela ne fait que commencer. Nous avons eu notre première vraie grosse pluie avant hier dans la nuit, sur le coups des 3h du matin. La mini tornade qui nous avait tous impressionné de par sa violence 2 jours auparavant n'avait donné que peu d'eau si le vent de sable avait lui au contraire transformé notre horizon habituellement d'un bleu sans un nuage en nuit sans lune !!

Fenêtre ouverte sur le balcon coté rue, ventilo dans le dos , conditions idéales pour une future petite sieste , le temps de lire quelques pages d'un roman policier palestinien !!! 

Et oui, où va se nicher l'écrivain des fois

2014-03-13 14

Posté par mam diarra à 15:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 août 2014

Définition du ou de la sénégauloise

A l'inverse du bounty qui n'a plus d'africain que les origines et la couleur de la peau, né ou vivant en France depuis au moins une génération sinon deux, le sénégaulois n'a plus de français que le sang de ses grand parents coulant dans ses veines. Blanc dedans, noir dehors pour les uns, blancs dehors noirs dedans pour les autres.

Le sénégaulois ne se sentira jamais jamais français a part entière, mais ne sera jamais non plus africain. C'est une espèce de prototype tous terrains qui fait de nombreux efforts pour comprendre et s"intégrer a la culture de ses frères africains en laissant à la douane le trop plein d'acquis occidentaux que lui a inculqué son mode de raisonement occidental, sans pour autant renier ses ancêtres gaulois ni vouloir se déguiser en africain.

Me suis-je bien faite comprendre ????

En résumé, tu ne fonctionne plus comme un toubab pur jus mais tu essaies de faire correspondre ton mode de pensée et ta vision du monde et  surtout comprendre que ce n'est pas parce que tu es occidental que tu es forcément ni meilleur, ni plus intelligent, ni plus instruit et encore moins que tu dois toujours avoir raison.

Bref, tu vis et tu arrêtes de comparer les modes de pensée et tu prends de chaque coté ce qui te parait convenir le mieux, en accord avec le respect d'autrui

2013-10-16 19

 

Posté par mam diarra à 22:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]

besoin de présentations ?????

Et c'est ainsi que par un beau dimanche du mois d'aout, tout en  machant son riz blanc agrémenté  de 2 oeufs mollets elle se elle décida de recommencer à raconter son quotidien de citoyenne de la planète terre, sénégauloise, comme elle se complaisait a s'auto-

DSC_7866

nommer.

Posté par mam diarra à 16:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]